L’évolution du PIB turc en 2019

By 30th May 2019 Informations Turquie

Ces 10 dernières années, l’économie turque a connu une croissance classée parmi les plus rapides et prospères. D’après le site étatique turc invest.gov.tr, les stratégies macroéconomiques, les politiques budgétaires ainsi que les réformes de structures ont amené une stabilité et sécurité au secteur financier turc. Grace à cette stabilité, la Turquie a pu s’inscrire parmi les pays de sa région bénéficiant le plus d’IDE ces dernières années. L’année 2019 sera néanmoins marquée par une croissance du PIB turc négative à cause de l’effondrement de la livre depuis l’an dernier. Cette croissance avait jusqu’à présent montré des résultats exemplaire avec un taux annuel moyen de 5,3% entre 2003 et 2016. Ce taux avait même été classé parmi les meilleurs mondiaux de sa période.

Voyons comment celui-ci était réparti sur l’activité du pays en 2017.

PIB par secteur en Turquie 

En 2017, le PIB turc par secteurs a été estimé de la manière suivante :

– L’agriculture représente 6,8 % du PIB turc

Ce secteur qui, selon l’étude de la Société Générale sur la Turquie, emploie près de 19% de la population est en recul constant et souffre d’une baisse de productivité. Les 11% de terre dédiés à l’agriculture produisent principalement du blé, du tabac, des noisettes mais ne suffisent pas à fournir le pays dont les importations, notamment en bétail, sont en croissance exponentielles.

– L’industrie représente 32,3% du PIB turc

La Turquie possède une industrie riche qui maintient une croissance constante et stable. La main d’ouvre ainsi que le savoir-faire local permettent à l’industrie turque de se démarquer tout en étant compétitive. De très grands projets d’infrastructures permettent également à l’industrie d’évoluer constamment. Le secteur automobile ainsi que le secteur textile sont les deux axes forts de l’industrie turque.

– Les services représentent 60,7% du PIB turc

La mondialisation ainsi que la modernisation du pays ont fortement élevé le secteur des services dès le début des années 2000 pour subir une baisse importante puis une stabilisation après 2010. Le secteur qui emploie 58% de la main d’œuvre turque comprend également le secteur du tourisme qui, après avoir connu une baisse conséquente, revient sur le devant de la scène avec une progression importante.

En 2019, les secteurs turcs ayant été les plus actifs et prospères sont les secteurs suivants : textile, automobile, construction, logiciel, bijou et produits chimiques.

Avenir et prévisions 

Selon l’OCDE, la croissante de la Turquie devrait être une des plus dynamiques entre 2015 et 2025 avec un taux annuel moyen de 4,9% et son commerce extérieur devrait se voir stimulé. En période de récession, la Turquie affiche aujourd’hui des résultats économiques et une croissance de PIB moins élevés que les années précédentes (estimé à 0,4% pour 2019) mais satisfaisantes compte tenu de la crise qu’elle traverse. Gita Gopinath, cheffe des questions économiques au FMI estime que 2020 sera une année meilleure pour l’économie de la Turquie qui devrait « sortir de sa récession ». Selon elle, une quelconque aide serait « inutile », le pays pouvant se redresser seul, en se focalisant notamment sur plus de transparence.

Pour en savoir plus, consultez notre article expliquant pourquoi vous devriez investir en Turquie.

English