Comment devenir Business angel en Turquie ?

Avant de traiter des qualifications nécessaires pour être un business angel en Turquie, il convient de clarifier la différence entre les business angels et les capital-risqueurs. Les investisseurs en capital-risque lèvent des fonds privés ou publics pour investir dans des entreprises en utilisant des fonds gérés. Ils supportent des coûts administratifs importants et doivent donc être plus sélectifs pour garantir un bon retour sur les investissements réalisés. Par conséquent, ils investissent moins dans les start-ups et au stade de l’amorçage.

Les business angels, quant à eux, se valorisent en finançant de plus petits montants pour des entreprises qui ne peuvent pas être soutenues économiquement par le marché du capital-risque. Ils prennent généralement une participation dans l’entreprise en échange de leur financement. Les investisseurs providentiels ne se contentent pas de fournir de l’argent pour la croissance, mais ils apportent également leur expérience et leurs connaissances pour contribuer à la réussite. Les investisseurs providentiels cherchent à se retirer sur une période de 3 à 8 ans en moyenne.

Par rapport aux investisseurs en capital-risque, les business angels ont une approche différente et un capital plus petit pour le financement à risque. Ils sont moins préoccupés par les rendements rapides et les sorties à court terme que par l’engagement direct dans la diligence raisonnable, les rencontres avec les entrepreneurs et la structuration des documents juridiques d’investissement.

Les investisseurs providentiels peuvent agir seuls ou par groupe. Par la suite, ils s’impliquent activement dans les investissements en participant au conseil d’administration, en soutenant l’entreprise de manière isolée ou en agissant passivement au sein d’un groupe avec un ange principal jouant ce rôle en leur nom.

Quelles entreprises peuvent bénéficier d’un Business Angel en Turquie ?

Les entreprises peuvent être candidates pour les investisseurs providentiels au stade de pré-revenu, de pré-bénéfice ou de germination des bénéfices. Les candidats au stade pré-revenu doivent prouver leur concept et bâtir une position défensive en acquérant l’utilisation de droits d’auteur, l’enregistrement légal de marques ou de brevets. Ceux qui sont au stade de l’idée sont généralement en dehors du champ d’action des investisseurs providentiels. Les membres de la famille ou les amis peuvent être les investisseurs de cette étape.

L’aspect le plus important pour les investisseurs providentiels qui évaluent une entreprise en vue d’un investissement est la composition de l’équipe de démarrage ; leur expérience, leurs compétences, leur motivation, ce qui les rassemble. Les investisseurs providentiels examinent également avec attention les principaux aspects du business plan. Un candidat à la création d’entreprise peut ne pas répondre à toutes les considérations, mais il est censé répondre à quelques-unes d’entre elles afin d’avoir un bon point de départ et une évaluation positive.

Aperçu de l’écosystème turc

Avant 2010, il y avait peu de choses à dire sur l’écosystème turc, mais depuis lors, il a gagné en taille et en importance, devenant rapidement un centre régional clé pour les startups.

Au cours de la première moitié des années 2010, grâce à la croissance de tout nouveaux fonds de capital-risque et d’investisseurs providentiels, l’écosystème turc des startups a enregistré des investissements annuels de 100 millions USD. Au cours de la seconde moitié, un grand nombre de ces nouveaux fonds de capital-risque sont sortis et ont commencé à travailler à la création de leur deuxième fonds. Au cours de cette période, le délai de sortie a été considérablement écourté par rapport aux années antérieures.

À l’aube des années 2020, la présence de participants plus expérimentés aidera l’écosystème turc à atteindre rapidement son plein potentiel. Et pour les personnes qui veulent jouer un rôle dans cette communauté en pleine expansion, les portes sont toujours ouvertes.

Qualifications d’un Business Angel de Turquie

Le système des business angels a été introduit sur les marchés turcs en juin 2012 : suite à une nouvelle loi adoptée par le Parlement turc qui permettait aux business angels d’opérer en Turquie sous l’autorisation du Trésor.

La même loi lance un article temporaire en ce qui concerne les incitations fiscales pour les business angels. Ces incitations fiscales stipulent que 75 % des actions de sociétés anonymes résidentes turques qualifiées détenues par les business angels peuvent être déduites de l’impôt annuel sur le revenu des business angels pour l’année civile concernée (plafonné à 1 000 000 TRY).

Afin de bénéficier d’allégements fiscaux, les business angels doivent obtenir une licence du trésor public. Les opérations des sociétés financées par les business angels doivent y être déclarées avant que l’investissement ne soit réalisé.  Le Trésor souligne les caractéristiques des investisseurs pour l’obtention de la licence telles que la richesse et l’expérience (PWC, Business Angels in Turkey, Asset Management Bulletin, février 2013). En ce qui concerne la qualification de richesse, les investisseurs dont le revenu annuel est d’au moins 200 000 TRY au cours des deux dernières années fiscales, ou encore le montant total de la richesse y compris tous les types d’actifs mobiliers et immobiliers est d’au moins 1 000 000 TRY, sont agréés.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’écosystème turc des start-ups, vous pouvez consulter notre blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons-En

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez obtenir un devis pour un ou plusieurs de nos services, veuillez remplir le formulaire ci-dessous et nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.




    EnglishTurkey