Le secteur chimique en Turquie

secteur chimique en Turquie

Le secteur chimique connaît une croissance rapide en Turquie. Principal partenaire de l’Europe en matière d’exportation et d’importation de produits chimiques, la Turquie est un centre de production important pour les investisseurs internationaux.

Aperçu du marché

Les ventes de produits chimiques en Turquie ont surpassé la tendance mondiale au cours des 10 dernières années. En effet, le pays a réalisé un montant de ventes brutes de produits chimiques de 29, 5 millions de dollars, représentant ainsi taux de croissance annuel composé de 18%. Il est d’ailleurs estimé que ce montant atteindra les 33 millions de dollars en 2023.

Répartition des ventes dans le secteur chimique en Turquie

Les exportations, dans le secteur, ont aussi connu une hausse. En effet, les exportations de produits chimiques ont augmenté de 7% entre 2007 et 2020, atteignant un montant total de 8,9 millions de dollars en 2020.

Les produits chimiques de base (30%), savons et détergents (22%), plastiques et caoutchouc synthétique sous forme brute (15%) sont les sous-catégories qui ont été le plus exporté sur la période 2007-2020.

Les importations de produits chimiques ont d’ailleurs augmenté de 240 milliards de dollars au cours de la dernière décennie, pour atteindre 435 milliards de dollars en 2018, contre 195 milliards en 2005, soit une croissance de 130 %.

Par ailleurs, on compte environ 5 000 entreprises, locaux et étrangers, présent dans le secteur chimique en Turquie.

Parmi les acteurs turcs, Petkim, avec sa gamme de plus de 50 produits pétrochimiques, est l’un des plus importants producteurs de matières premières de l’industrie turque. La société est spécialisée dans la fabrication pétrochimique et produit de l’éthylène, du polyéthylène, du chlorure de polyvinyle, du polypropylène et d’autres composants chimiques utilisés dans la fabrication de plastiques, de textiles et d’autres produits industriels et de consommation. En 2018, sa part de marché dans les ventes de produits chimiques était de 6,9%. En 2008, la compagnie nationale pétrolière et gazière d’Azerbaïdjan, SOCAR a acquis 51% des actions publique de la société.

Elle est suivie par Eti Maden, une entreprise d’État qui produit principalement des minéraux et des dérivés du bore, avec une part de marché de 4,1%. L’entreprise détient le monopole de l’extraction des minéraux borates en Turquie, où se trouvent 72 % des gisements mondiaux connus.

Les opportunités à saisir

Maison / soins personnels :

Avec 84 millions d’habitants et une montée rapide de la classe moyenne, la demande locale de produits d’entretien ménager et de soins personnels est importante. De grandes entreprises mondiales de produits d’entretien ménager et de soins personnels ont déjà investi en Turquie, à l’image de P&G et Kimberly-Clark.

Peintures / matériaux de revêtement :

C’est dans ce pôle que la Turquie reçoit le plus grand nombre d’investissements et dispose d’une base de production établie avec de nombreuses PME et grandes entreprises pouvant offrir des opportunités de JV aux nouveaux entrants. La demande est stimulée par la construction, l’automobile, le textile et les biens durables, autant de secteurs en croissance en Turquie et dans la région.

Fibre / filament

Grâce à son succès historique dans le secteur textile, la Turquie possède une position de force dans le domaine des fibres et des filaments. Ces produits sont utilisés dans le textile, la construction et l’automobile, autant de secteurs importants de l’économie turque. La demande de ces produits devrait connaître une forte croissance dans les cinq prochaines années.

Pétrochimie

Deuxième importateur net de produits pétrochimiques au monde, la Turquie fait partie des marchés pétrochimiques à la croissance la plus rapide après la Chine et l’Inde.

Engrais

La Turquie se classe au 10e rang mondial pour la demande d’engrais. La production agricole du pays est d’ailleurs la 7e plus importante au monde.

En outre, diverses incitations à l’investissements chimiques dans la fabrication et la R&D existent.

  • Déduction fiscale : taux d’imposition réduits à 100% sur les revenus des investisseurs jusqu’à ce que la déduction totale atteigne un certain pourcentage des dépenses d’investissement. (30-80 % des dépenses d’investissement, jusqu’à 200 % des dépenses d’investissement dans le cas d’incitations basées sur des projets). En ce qui concerne les investissements en R&D, la totalité des dépenses de R&D est déduite de l’assiette fiscale.
  • Exemption de TVA : Les équipements et machines, destinés à l’investissement, importés et/ou fournis localement dans le cadre du certificat d’incitation sont exonérés de TVA.
  • Exonération des droits de douane : Les équipements et machines importés au titre du certificat d’incitation sont exonérés de droits de douane.
  • Soutien du taux d’intérêt : Pour les prêts d’investissement, le gouvernement couvre une certaine partie de la part d’intérêt. (3-7 points de % pour les prêts libellés en TL, 1-2 points de % pour les prêts libellés en devises).
  • Allocation de terres : Des terrains publics sont attribués pour les investissements, si aucun terrain n’est disponible dans les OIZ (Zone Industrielle Organisée).
Quelques exemples de réussite dans le secteur chimique en Turquie…

3M :

Fabricant de produits de sécurité, industriels/filtres, soins personnels, automobiles et soins de santé en Turquie, la société est présente en Turquie depuis 30 ans. Avec un investissement de 0,5 milliard USD, le conglomérat ouvert une usine de fabrication de grande taille, à Çorlu, appelée “Super Hub” et un centre d’innovation en 2015. 60% de sa production y est exporté depuis la Turquie. 3M a choisi la Turquie en raison de l’emplacement stratégique du pays, qui offre un accès facile aux marchés du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, de la Russie et de l’Europe.

P&G :

Opérationnel en Turquie depuis 30 ans, la multinationale américaine exporte plus de 20 % de sa production en Turquie vers plus de 10 pays. La Turquie lui sert de plaque tournante régionale pour la Turquie et le Caucase. Un investissement de 700 millions de dollars a été réalisé dans les installations de production. Par ailleurs, 60% des produits vendus en Turquie sont fabriqués au niveau local

BASF :

Disposant de six sites de production à Dilovasi, Çayırova, Gebze, Trabzon, Adana pour les produits chimiques, matériaux et solutions fonctionnels, et solutions agricoles, la société a récemment acquis Chemetall Turkey à Çayırova. Elle possède également des bureaux à Istanbul, Adana, Ankara, Antalya, Bursa et Izmir depuis lesquels elle réalise la gestion de 78 pays. En 2015, elle avait réalisé 742 millions euro de vente sur le sol turc.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les opportunités d’investissement en Turquie, n’hésitez pas à nous contacter !

ERAI Turquie, restez informé des nouvelles de la Turquie en consultant notre blog et en nous suivant via les réseaux sociaux :
LinkedinFacebookTwitterInstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons-En

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez obtenir un devis pour un ou plusieurs de nos services, veuillez remplir le formulaire ci-dessous et nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.




    EnglishTurkey