L’écosystème prometteur des start-ups turques

Écosystème start-ups turques

Avant 2010, il y avait peu de choses à dire sur l’écosystème des start-ups turques, mais depuis, il a pris de l’importance et une grande ampleur, devenant rapidement un centre régional clé pour les start-ups.

Au cours de la première moitié des années 2010, grâce à la croissance des nouveaux fonds de capital-risque et d’investisseurs providentiels, l’écosystème turc des start-ups a enregistré des investissements annuels de 100 millions USD. Durant la seconde moitié, beaucoup de ces nouveaux fonds de capital-risque ont réalisé des sorties et ont commencé à travailler pour établir leur seconds fonds. Au cours de cette période, le délai de sortie a été considérablement raccourci par rapport aux années antérieures.

Alors que l’écosystème turc entre dans les années 2020, la présence d’acteurs plus expérimentés l’aidera à atteindre rapidement son potentiel. Et pour toute personne souhaitant jouer un rôle dans cette communauté en plein essor, les portes sont toujours ouvertes.

Perspectives d’investissement dans l’écosystème turc

Selon les statistiques du Trésor, les business angels agréés ont investi en moyenne 277 500 TRY pour une part moyenne de 10% depuis juin 2013. Les entreprises dans lesquelles les business angels ont investi se répartissent en 92% de micro entreprises (moins de 10 salariés) et 8% d’entreprises de 10 à 50 salariés. Il ressort des études que la plupart des start-ups comptent moins de 5 entrepreneurs dans son équipe fondatrice.

Le secteur le plus attractif pour les start-ups en Turquie est celui du développement de logiciels, avec plus de la moitié des fondations de start-ups dans ce secteur. Le commerce électronique et l’extraction de données semblent être deux autres secteurs appréciés qui attirent les investisseurs providentiels. Les start-ups allouent la moitié du financement externe qu’elles reçoivent aux dépenses de personnel (50%) et ne laissent que 10% pour les équipements ainsi que 7% pour les activités commerciales et de marketing.

Le Royaume-Uni, la France, l’Espagne ainsi que l’Allemagne comptent un grand nombre d’investisseurs providentiels. Le Royaume-Uni et la France comptent respectivement 4 350 et 4 350 business angels, ainsi que 38 et 83 réseaux d’investisseurs providentiels. La Turquie compte 450 business angels et 10 réseaux d’investisseurs providentiels. Les montants investis par les business angels sont d’environ 84 millions d’euros au Royaume-Uni et 41 millions d’euros en France, alors qu’ils sont d’environ 15 millions d’euros en Turquie. Ils ont financé un total de 61 entreprises et créé 400 nouveaux emplois en Turquie. Le montant des investissements par business angel est en moyenne de 19 000 euros au Royaume-Uni, et de 33 000 euros en Turquie. Ces chiffres montrent que les business angels turcs investissent des montants plus conséquents que ceux du Royaume-Uni, bien que la Turquie compte beaucoup moins de business angels.

Depuis cette montée en flèche du marché comme en témoignent ces chiffres, il est largement admis dans la littérature que ce sytème contribuent de manière significative à la croissance économique et au progrès technologique. Par conséquent, les décideurs politiques turcs qui reconnaissent l’importance du capital-risque apportent un soutien fort à l’amélioration continue de l’écosystème. L’écosystème prometteur des start-ups turques

Un environnement propice à l’entreprenariat, avec pour principal business angel l’État

La contribution pratique des recherches précédentes était d’aider les décideurs politiques à promouvoir et à créer un environnement favorable à l’entrepreneuriat. Si la faiblesse des protections juridiques et de l’exécution des contrats peut obliger les entrepreneurs et les investisseurs à entretenir des relations solides, il ne s’agit pas d’une solution institutionnelle. Un environnement institutionnel fondé sur des règles pourrait élargir l’échelle et la portée des investisseurs providentiels. 

L’environnement juridique en Turquie pour le marché du capital-risque est issu de la loi nationale de 2013. Depuis lors, le marché est monté en flèche, comme en témoigne le nombre d’investisseurs providentiels agréés, le nombre de business angels et le montant des investissements providentiels. Il est largement admis dans la littérature que le capital-risque et les business angels contribuent de manière significative à la croissance et aux progrès. Par conséquent, les décideurs politiques turcs qui reconnaissent l’importance du capital-risque apportent un soutien solide à l’amélioration continue de l’écosystème :

Si les investisseurs privés sont un facteur majeur du succès de l’écosystème turc des start-ups, l’État apporte également son appui aux startups en phase de démarrage ou d’amorçage et est fréquemment le premier investisseur de ces entreprises. Au cours du premier trimestre 2021, le Conseil de la recherche scientifique et technologique (TÜBITAK) a fourni 6,6 millions d’USD à 357 PME et start-ups de recherche et développement. En outre, environ 31 nouvelles start-ups ont été créées avec le soutien de KOSGEB (The Small and Medium Enterprises Development Organization of Turkey), 830 000 USD ont été débloqués pour 241 start-ups et environ 200 000 USD pour 71 start-ups de R&D.

Cette hausse de l’investissement public a été rendue possible par la suppression de l’obligation pour les entrepreneurs d’avoir un diplôme pour pouvoir lever des fonds. Écosystème star-ups turques

La Turquie, un des pays les plus prometteurs pour les écosystèmes de start-ups

La Turquie est l’un des pays les plus prometteurs pour les écosystèmes de start-ups, avec ses divers entrepreneurs et leurs esprits brillants. Même si l’investissement pour chaque individu concernant les jeunes entreprises est d’un dollar pour le moment, ce chiffre devrait augmenter dans les années à venir, et atteindre au moins dix dollars afin de rivaliser avec les autres concurrents économiques. Écosystème start-ups turques

Cela signifie qu’un investissement de plus de 800 millions de dollars devrait être effectué pour les personnes qui souhaitent posséder leur start-up. Grâce aux investisseurs et aux fonds de capital-risque, l’investissement total dans les start-ups a progressé de 66 % ces dernières années, et le financement de ces initiatives devrait être en constante augmentation. La Turquie deviendrait alors un point chaud pour les futurs écosystèmes de start-ups du monde entier. Écosystème start-ups turques

En 2019, il a été annoncé qu’un total de 102 millions de dollars a été investi dans 92 startups diverses. Avec le développement de la puissance d’internet et de la communication, ces écosystèmes de start-ups ont connu une évolution rapide en Turquie. La plupart d’entre eux continuent de croître sans faiblir comme ils le font aujourd’hui. Comme de nombreux fonds bancaires soutenus par le gouvernement commencent à être mis à la disposition des fondateurs de start-ups, on peut supposer que la Turquie offrira un certain nombre d’écosystèmes de start-ups efficaces à partir de cette année 2021. Non seulement le soutien du gouvernement est limité, mais des secteurs spécifiques investissent également et attendent avec impatience de bénéficier de cet écosystème. Pour profiter pleinement de ces avantages, ils continuent d’investir dans les idées brillantes des individus à travers le pays afin de tirer le meilleur parti de l’écosystème des start-ups, qui ne cesse de se développer dans le monde entier.

Les plus grands succès de l’écosystème des strat-ups turques

Parmis les 62 tours de table qui ont permis de lever 509 millions de dollars, les levés les plus conséquents ont été réalisés par Getir et Dream Games. En particulier, Getir, qui a réussi à lever un total de 428 millions de dollars en deux tours de table. Le deuxième investissement lui a permis d’atteindre une valeur de 2,6 milliards USD, devenant ainsi la deuxième licorne turque.

Une autre licorne peut être ajoutée au palmarès du pays – une start-up dont le business plan est similaire à celui de Getir – qui a levé 290 millions de dollars lors d’un tour de financement, lui permettant de dépasser ainsi une valeur de 1 milliard de dollars. La similitude de son business plan avec celui de Getir explique cet intérêt des investisseurs et par conséquent la rapidité de sa croissance, puisqu’elle a atteint ce statut de licorne en moins de deux ans. Écosystème start-ups turques

Un autre exemple de ce succès des start-ups turques est Trendyol, une entreprise de commerce en ligne, ayant récemment atteint une valeur de 10 Mds USD après un placement de 350 M USD réalisé par Alibaba, qui dispose désormais de 86,5% de la start-up turque acquise en 2018.  L’application de Trendyol a été téléchargée plus de 60 millions de fois, devenant ainsi la première application de commerce électronique de Turquie.

Tuğrul Tekbulut, le fondateur de Logo – l’une des plus importantes entreprises de logiciels en Turquie – a récemment souligné que les nouvelles start-ups qui ont réussi à s’imposer dans le secteur des données font désormais partie des plus importantes à l’échelle nationale. Elles remplacent jour après jour les entreprises traditionnelles dans le panorama turc et Trendyol est un parfait exemple de cette évolution.

N’hésitez pas à consulter notre article dédié à l’économie turque pour avoir un aperçu sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons-En

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez obtenir un devis pour un ou plusieurs de nos services, veuillez remplir le formulaire ci-dessous et nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais.




    EnglishTurkey