Augmentation des investissements EBRD en Turquie en 2020

By Business en Turquie, Infos Turquie

Augmentation des investissements EBRD en Turquie en 2020. Après avoir réalisé des volumes d’investissement élevés dans des conditions de marché difficiles l’année dernière, EBRD prévoit d’augmenter ses investissements en Turquie en 2020, alors que l’économie se prépare à se redresser.

Augmentation des investissements EBRD en Turquie en 2020

L’année 2019 a été une année difficile et éprouvante pour l’économie turque. Elle a connu un affaiblissement de la qualité générale des actifs dans le secteur bancaire et une réduction du niveau d’endettement des créanciers. Le risque de sanctions et l’instabilité du marché ont sapé la confiance des investisseurs, ce qui a conduit à des niveaux d’investissement public et privé insatisfaisants.

Dans ce contexte, EBRD a réussi à fournir un milliard d’euros de financement par emprunt et par capitaux propres pour 35 projets en Turquie.

Arvid Tuerkner, directeur général de EBRD pour la Turquie, a déclaré “Dans un contexte commercial difficile, notre volume d’activité en Turquie en 2019 est resté inchangé par rapport à l’année précédente. L’année dernière, nous avons fourni 1 milliard d’euros de financement dans divers secteurs et avons pu soutenir nos clients pour assurer la continuité des activités et les possibilités de croissance. La grande majorité de nos investissements ont été réalisés dans le secteur privé, et la moitié de ces investissements ont été consacrés au programme de développement durable de la Turquie, le plan directeur du pays pour la mise en œuvre des objectifs de développement mondial.

  1. Tuerkner a noté que EBRD prévoit que l’économie turque se redressera en 2020 : “Au fur et à mesure que les investisseurs chercheront des financements, nous nous efforcerons de soutenir encore plus de projets d’investissement qui stimulent l’économie, créent des emplois et améliorent la vie des gens.

En 2020, la Banque aura également pour objectif d’élargir son programme “Femmes d’affaires” et de se concentrer sur l’attraction de nouveaux investisseurs dans le cadre de cette initiative. Elle maintiendra son engagement auprès du gouvernement turc pour le déploiement de technologies d’efficacité énergétique dans les écoles et la libéralisation du secteur ferroviaire. EBRD continuera de se concentrer sur les projets d’énergie renouvelable et investira également en Turquie dans ce domaine.

La Banque étudiera également les possibilités de produits financiers islamiques et s’attend à une augmentation des émissions des entreprises turques. Sa participation sera conforme à la stratégie pays récemment approuvée par la Banque, qui vise à assurer la durabilité économique, à encourager une économie fondée sur la connaissance, à renforcer l’intégration et à promouvoir le passage à une économie verte.

Une grande partie de ce financement devrait se faire en lires turques, comme en 2019. Environ un tiers du financement de la Banque en 2019 était lié à la monnaie locale et au développement des marchés de capitaux locaux pour aider les entreprises à réduire les risques de change.

L’un de ces prêts en livres turques, équivalant à 100 millions de dollars, au groupe énergétique Enerjisa Enerji, a contribué de manière significative à l’amélioration du marché des capitaux en Turquie grâce à son lien avec le TLREF, un nouveau taux de référence sans risque au jour le jour que la EBRD a contribué à développer.

EBRD a fêté ses dix ans d’opération en Turquie en 2019. Douze milliards ont été investis dans divers secteurs de l’économie turque depuis 2009, la quasi-totalité d’entre eux dans le secteur privé. Le portefeuille de 6,7 milliards d’euros de EBRD en Turquie est le plus important des 38 pays dans lesquels la Banque investit. EBRD est un des principaux investisseurs en Turquie.

Dans le secteur de l’énergie, la Banque a également soutenu l’expansion d’une centrale géothermique et a investi dans une participation dans les activités d’Ictas Holding dans le domaine des énergies renouvelables en 2019.

Les opérations de EBRD en Turquie ont porté sur le secteur technologique, avec des investissements dans Modanisa, la boutique en ligne de vêtements pour femmes musulmanes, et l’application de billetterie de bus Obilet, entre autres.

La Banque a également offert des incitations aux exportateurs turcs tels que le fabricant d’appareils électroménagers Arcelik et le producteur de fruits secs et de noix Isik Organic et May Seed, qui exportent des graines de tournesol, du maïs, du coton et des haricots.

En réponse à la demande de soutien à l’amélioration des installations portuaires, la Banque a financé quatre ports turcs : un centre logistique innovant qui sera développé par Arkas Holding à Kocaeli, Asyaport et le port de Tekirdag grâce à des prêts – tous trois dans la région de Marmara – et le port international de Mersin dans le sud du pays en participant à une émission d’euro-obligations.

Alors que les prêts bancaires sont restés serrés, EBRD a également étudié de nouveaux moyens d’accroître le financement des entreprises turques et a soutenu la société de leasing QNB Finansleasing et la société d’affacturage TAM Factoring, ainsi que l’extension d’un accord de partage des risques avec la Turkiye Sinai Kalkinma Bankasi (la Banque de développement industriel). Turquie ou TSKB).

En outre, l’équipe de la Banque chargée des petites entreprises a lancé 113 projets de conseil locaux et neuf projets internationaux avec des petites et moyennes entreprises (PME) dans 20 provinces, les aidant ainsi à améliorer leurs performances et leur croissance.

En 2019, EBRD a atteint un niveau d’investissement record dans toutes ses régions, honorant ainsi sa promesse d’améliorer à la fois la qualité et la quantité de ses investissements dans 38 économies sur trois continents.

La Banque a financé un nombre sans précédent de 452 projets individuels, contre 395 l’année précédente. Pour la première fois dans l’histoire de la Banque, les financements ont atteint plus de 10 milliards d’euros, passant de 9,5 à 10,1 milliards d’euros.

Le financement de EBRD en faveur de l’économie verte a atteint le chiffre record de 4,6 milliards d’euros, soit 46 % du volume total des activités en 2019, ce qui souligne le soutien ferme de EBRD au programme mondial de lutte contre le changement climatique. Elle entend poursuivre ses investissements en Turquie à l’avenir également.

Source : EBRD

ERAI Turquie, restez informé des nouvelles de la Turquie en consultant notre blog et en nous suivant via les réseaux sociaux : Linkedin – Facebook – Twitter – Instagram

Derniers projets de la Turquie en 2020

By Infos Turquie

Derniers projets de la Turquie en 2020. Le gouvernement turc aide les entreprises à développer de nouveaux projets dans leurs secteurs d’activité et nous en avons rassemblé quelques-uns ici. Dans cet article, vous trouverez les derniers projets de la Turquie en 2020 dans les secteurs suivants : énergie, environnement, transport, industrie, automobile et innovation.

Derniers projets de la Turquie en 2020

Énergie, environnement et transports

  • Panneaux solaires : Le ministre de l’énergie et des ressources naturelles a annoncé que le potentiel de panneaux solaires sur les toits est de 4 000 à 5 000 MW. À ce jour, le ministère a enregistré 900 demandes d’industriels pour une capacité totale de 800 MW et environ 1 300 demandes de particuliers pour une capacité totale de 10 MW.
  • Construction d’une usine de production de combustible au bore : Le ministre de l’énergie et des ressources naturelles a annoncé qu’une usine de production de combustible à base de bore, dans laquelle la Turquie détient plus de 70 % des réserves mondiales, serait construite dans les deux ans.
  • “Kanal Istanbul” : Lors du Congrès sur les villes intelligentes à Ankara, le président turc a indiqué que des entreprises néerlandaises, belges et françaises étaient intéressées par le projet “Kanal Istanbul”. Pour rappel, l’agenda de ce projet s’accélère, et des appels d’offres seront bientôt lancés. La version finale de l’étude d’impact environnemental a été adoptée par le ministère de l’environnement et de l’urbanisme. Des demandes de modifications ont été faites auprès du Ministère de l’Environnement ainsi qu’auprès du CIMER (Centre de Communication de la Présidence de la République).

Industrie, automobile et innovation

  • Production industrielle en hausse en novembre : Selon TürkStat, l’indice de la production industrielle a enregistré en novembre une hausse de 5,1 % par rapport au même mois en 2018 et une augmentation de 0,7 % par rapport au mois précédent.
  • Automobile : La production du secteur automobile s’est élevée à 1,46 million de véhicules produits en 2019 (soit une baisse de 6 %). La production de véhicules de tourisme a diminué de 4 % et celle de véhicules commerciaux de 9 %. Sur la même période, les ventes sur le marché intérieur ont diminué de 23 %, pour atteindre 419 909 véhicules. Cependant, ce chiffre est supérieur aux prévisions du marché (350 000), grâce à une reprise au dernier trimestre de 2019.
  • Startup/Technologie : La start-up turque Getir, qui propose un service de livraison rapide de produits alimentaires via une application (4 millions d’utilisateurs et près de 55 M USD de chiffre d’affaires en 2018), a levé 38 M USD de fonds auprès d’un groupe d’investisseurs turcs et étrangers dirigé par le capital-risqueur Michael Moritz, partenaire de Sequoia Capital. Getir, créé en 2015 et basé à Istanbul, Ankara, Izmir, Izmit et Bursa, entend développer ses activités à l’étranger, dans un premier temps à Londres, Sao Paola, Paris et Mexico.

ERAI Turquie, restez informé des nouvelles de la Turquie en consultant notre blog et en nous suivant via les réseaux sociaux : Linkedin – Facebook – Twitter – Instagram

Vente maisons en Turquie en 2019 : 1,35 million

By Infos Turquie

Vente maison en Turquie en 2019 : 1,35 million. Environ 1,35 million de maisons ont été vendues en Turquie en 2019, comme l’a annoncé le 15 janvier l’Institut statistique turc (TÜİK).

Vente maison en Turquie en 2019 : 1,35 million

Les ventes de maisons ont diminué de 1,9% ou 26669 unités en 2019 par rapport à l’année précédente, selon les données de l’Institut statistique turc (TurkStat).

Environ 511 700 maisons ont été vendues pour la première fois de janvier à décembre, le reste étant des ventes d’occasion.

Istanbul – la plus grande ville de Turquie en matière de population et l’un de ses principaux sites touristiques – a pris la part la plus importante des ventes de maisons avec 17,6 %, soit un total de 237 675 maisons dans l’année.

Les données officielles montrent que la capitale Ankara et la région égéenne d’Izmir ont réalisé respectivement 132 486 (9,8 %) et 79 221 (5,9 %) du total des ventes de logements.

Les ventes de maisons à crédit ont atteint 332 508, ce qui représente une part de 24,7 % de toutes les ventes pour la même période.

En décembre 2019, les ventes de maisons ont augmenté de 47,7 % pour atteindre environ 202 000 unités – 75 480 neuves et près de 126 600 d’occasion – sur une base annuelle.

Maisons vendues à des étrangers

L’année dernière, environ 45 500 maisons ont été achetées par des étrangers, soit une augmentation de 14,7 % par rapport à 2018.

Istanbul a été la première ville pour les étrangers avec 20 857 ventes de propriétés en 2019, suivie par la station balnéaire méditerranéenne, Antalya (8 951 ventes), la capitale, Ankara (2 539 ventes), et la région du nord-ouest, Bursa (2 213 ventes).

Les citoyens irakiens ont été les principaux acheteurs de propriétés turques, avec 7 596 ventes de maisons. Les Iraniens, les Russes, les Saoudiens et les Afghans figuraient parmi les cinq premiers.

En décembre 2019, les étrangers ont acheté environ 5 300 maisons, soit une augmentation de 16,2 % sur une base annuelle. Près de 900 maisons ont été achetées par des Irakiens, 76 par des Iraniens et 362 par des Russes.

Les taux d’intérêt ont un impact négatif sur les ventes de maisons

Ahmet Erkurtoglu, directeur adjoint de l’Association des entrepreneurs de la partie anatolienne d’Istanbul, a déclaré “Les ventes de logements ont dépassé la barre des 100 000 ces derniers mois et ont franchi pour la première fois la barre des 200 000 en décembre dernier“, a-t-il déclaré.

La baisse des taux d’intérêt pour les prêts au logement et les dépôts a eu un impact positif sur les ventes de maisons, a-t-il souligné.

La banque centrale turque a progressivement abaissé les taux d’intérêt de 24% à 12% lors de huit réunions de politique monétaire en 2019, ce qui a favorisé la vente de maisons en Turquie.

Il a estimé que le secteur de la construction se concentrerait sur les projets de transformation urbains en 2020 et qu’il construirait de nouvelles maisons d’une valeur allant jusqu’à 1 million de lires turques (environ 169 500 dollars).

Nous pouvons à nouveau vendre entre 1,2 et 1,3 million de maisons en 2020, et nous avons pour objectif de vendre 60 000 maisons à des étrangers en 2020“, a-t-il noté.

ERAI Turquie, restez informé des nouvelles de la Turquie en consultant notre blog et en nous suivant via les réseaux sociaux : Linkedin – Facebook – Twitter – Instagram

 

Augmentation des exportations dans l’industrie chimique en Turquie

By Business en Turquie, Infos Turquie

Augmentation des exportations dans l’industrie chimique en Turquie. L’industrie chimique en Turquie, qui a établi un record en 2019 avec une exportation de 20,6 milliards de dollars, est devenue le deuxième secteur le plus exporté l’année dernière. L’industrie chimique a attiré l’attention sur l’augmentation de ses performances à l’exportation, avec plus de 3 milliards de dollars d’exportations en 2019, parmi les industries qui augmentent de plus en plus 18,54 % des exportations vers la Turquie et pourraient être une industrie en pleine croissance.

Augmentation des exportations dans l'industrie chimique en Turquie

Le secteur chimique, qui se distingue comme le secteur de locomotive qui exporte vers la plupart des pays parmi toutes les industries, est devenu le leader dans ce domaine avec ses exportations vers 208 pays et régions en novembre. En 2019, les exportations du secteur en termes de quantité s’élevaient à 26 millions 539 mille tonnes, avec une augmentation de 35,83%. L’Espagne, qui est l’un des pays ayant le plus grand volume d’exportation dans l’industrie chimique, s’est classée première avec des exportations de 1 milliard 62 millions de dollars, tandis que les Pays-Bas se sont classés deuxièmes avec des exportations de 1 milliard 32 millions de dollars, et l’Irak troisième avec des exportations de 1 milliard 12 millions de dollars.

En évaluant les exportations de fin d’année de l’industrie chimique, le président de İKMİB, Adil Pelister, a déclaré “Les exportations de notre industrie chimique ont battu un record historique en 2019. Nous avons très bien réussi à dépasser nos objectifs de 20 milliards de dollars avec des exportations de 20,6 milliards de dollars. De plus, parmi les exportations du secteur de plus de 3 milliards de dollars en 2019, nous avons été le secteur qui a connu la plus forte croissance en Turquie, avec une augmentation des exportations de 18,54 %. Les exportations de notre secteur en termes de quantité en 2019 étaient de 26 millions 539 mille tonnes, avec une augmentation de 35,83 %. Nous avons battu notre record mensuel d’exportation avec 1,94 milliard de dollars d’exportations en octobre 2019. En 2019, chaque mois d’affilée, en tant que deuxième secteur d’exportation de la Turquie, nous avons mené à bien notre deuxième objectif permanent. Dans l’industrie chimique turque, en prenant une part de 11,44 % des exportations totales de la Turquie, nous avons apporté une valeur ajoutée significative à notre pays. En 2020, le premier secteur, tout en maintenant notre position de deuxième secteur le plus exporté de Turquie, les exportations de la Turquie, et nous visons à augmenter notre contribution à la croissance. En outre, nous prévoyons de mener nos activités de manière plus large en suivant les feuilles de route que nous établirons pour nos sous-secteurs. »

“La chimie est une industrie stratégique à fort potentiel de croissance”.

Soulignant que l’industrie chimique se développe chaque année et que son potentiel de croissance est élevé, il s’agit d’un secteur stratégique. En tant que İKMİB, nous représentons avec succès l’industrie chimique turque dans le monde entier, avec 16 sous-secteurs de plastiques, de peintures, de cosmétiques, de médecine, de caoutchouc, de produits chimiques organiques et inorganiques. Dans ce contexte, en 2019, avec environ 500 entreprises exportatrices, nous avons participé à 14 foires commerciales nationales et 11 foires commerciales internationales. Nous avons visité 4 stands d’information d’organisations, mené 5 missions commerciales sectorielles, 12 comités de recrutement, 4 TTG (Groupe de promotion de la Turquie), 3 séminaires, et nous poursuivons dans le cadre de 7 projets de développement de la compétitivité internationale (URGE). Nous avons organisé 3 délégations URGE et 3 formations URGE ainsi que 6 ateliers liés à différents secteurs. En outre, nous avons organisé notre 8ème événement sur le marché des projets de R&D, la quatrième de notre cérémonie de remise des prix IKMIB Export Stars, et le concours de design industriel. »

L’objectif d’exportation de produits chimiques pour 2023 est de 30 milliards de dollars.

Notant qu’ils visent à exporter plus de 22 milliards de dollars dans l’industrie chimique d’ici 2020, M. Pelister a déclaré : “Dans le cadre des objectifs de notre pays pour 2023, nous voulons porter les exportations de notre secteur à 30 milliards de dollars et atteindre une part de 13 % dans l’objectif d’exportation de 226,6 milliards de dollars. Pour atteindre cet objectif d’exportation, notre ministère du commerce transmet nos demandes aux ministères concernés. Il s’agit notamment de faciliter l’accès de nos exportateurs au financement, d’assurer la transformation numérique de l’industrie chimique, des coûts énergétiques et du SDC, de créer des lignes de conteneurs, d’augmenter les taux de participation équitables et d’investir dans les usines pétrochimiques.

La raffinerie Star, ouverte en 2018 et opérant dans le secteur pétrochimique, a apporté une contribution significative à notre industrie en termes d’exportations de produits chimiques. Nos exportations de produits chimiques sont également influencées positivement par les investissements réalisés dans notre industrie. Nous avons besoin de six nouvelles usines pétrochimiques. Nous espérons que les investissements dans la pétrochimie et les produits pharmaceutiques commenceront. Toutefois, il est essentiel pour nos exportateurs que les efforts visant à actualiser l’accord d’union douanière avec l’Union européenne soient menés à bien le plus rapidement possible. En tant qu’exportateurs de produits chimiques, nous continuerons à contribuer au développement et à la croissance de notre pays. »

L’Espagne était le pays le plus exporté en 2019

En analysant la répartition des exportations de produits chimiques par pays en 2019, l’Espagne se classe première avec des exportations de 1,62 milliard de dollars, tandis que les Pays-Bas sont deuxièmes avec des exportations de 1,32 milliard de dollars et l’Irak troisième avec des exportations de 1,12 milliard de dollars. L’Italie, l’Égypte, l’Allemagne, les États-Unis, la Grèce, l’Angleterre et Malte figurent parmi les dix premiers pays.

Les pays de l’UE se classent au premier rang des exportations de l’industrie chimique en 2019

En 2019, l’Union européenne s’est classée au premier rang des pays où l’industrie chimique exporte, avec une exportation de 8,51 milliards de dollars et une augmentation de 27,24 %, tandis que les pays d’Asie et du Proche et Moyen-Orient se sont classés en deuxième position avec une hausse de 3,9 milliards de dollars et une augmentation de 24,56 %. Les autres pays européens sont en troisième position avec des exportations de 2,66 milliards de dollars et une augmentation de 17,16%, les pays d’Afrique du Nord sont en quatrième position avec des exportations de 1,85 milliard de dollars et une augmentation de 7,78% et les autres pays d’Asie avec des exportations de 1,36 milliard de dollars et 1%, ils sont en cinquième position avec 12 baisses.

La plupart des “plastiques et produits” ont été exportés

Le groupe de produits “plastiques et produits” s’est classé premier dans les exportations du secteur chimique en 2019, avec une augmentation de 4,12 % et des exportations de 6,12 milliards de dollars, et a eu une part de 29,67 % des exportations totales de l’industrie. Le groupe de produits “combustibles minéraux, huiles et produits minéraux” avec une augmentation de 85,78%, des exportations de 6,08 milliards de dollars et une part de 29,46% et une augmentation de 0,91%, des exportations de 1,82 milliard et 8%, Le groupe de produits “produits chimiques inorganiques” a suivi avec 82 actions. Les autres groupes de produits les plus exportés dans l’industrie chimique en Turquie étaient respectivement “caoutchouc, produits en caoutchouc”, “huiles essentielles, cosmétiques et savons” et “produits pharmaceutiques”.

Source : Business World Global

ERAI Turquie, restez informé des nouvelles de la Turquie en consultant notre blog et en nous suivant via les réseaux sociaux : Linkedin – Facebook – Twitter – Instagram

Réduction des taux d’intérêt en Turquie

By Business en Turquie, Infos Turquie

Réduction des taux d'intérêt en TurquieRéduction des taux d’intérêt en Turquie. La Banque Centrale de Turquie a réduit son taux d’intérêt plus que prévu de référence de 75 points de base, battant ainsi les prévisions de la plupart des économistes et risquant une éventuelle liquidation de la livre.

La Banque d’Ankara a réduit son taux d’intérêt à une semaine de 12 % à 11,25 %, selon une décision prise le 15 janvier. Le taux d’intérêt primaire de la Turquie, moins l’inflation de 11,8 %, est désormais négatif, ce qui rend les actifs libellés en lires moins attrayants.

Dans son raisonnement, la banque centrale a cité l’amélioration des perspectives d’inflation, la faiblesse des investissements et la faiblesse de l’activité économique mondiale.

Comme l’a déclaré le président Erdoğan plus tôt dans la journée de jeudi, la banque centrale a eu une nouvelle occasion de réduire les taux lors de la réunion d’aujourd’hui.

Les économistes étaient presque également divisés sur la question de savoir si la banque centrale allait réduire les taux, selon les sondages effectués par Reuters et l’agence de presse publique Anadolu. Ceux qui s’attendent à une baisse des taux prédisent plus souvent une baisse de 50 points de base.

Le président Erdoğan affirme que des taux d’intérêt plus élevés sont inflationnistes, une opinion qui est en contradiction avec la théorie économique conventionnelle. L’inflation des prix à la consommation en Turquie s’est accélérée, passant de 8,6 % en octobre à moins de la moitié des niveaux atteints au lendemain de la crise monétaire.

Les économistes prévoient que l’inflation pourrait ralentir à environ 9,5 % en 12 mois, selon une enquête de la banque centrale publiée plus tôt en janvier 2020.

Si vous souhaitez lire plus d’informations sur la Turquie, vous pouvez visiter notre page de blog.

Source : Turquie News

ERAI Turquie, restez informé des nouvelles de la Turquie en consultant notre blog et en nous suivant via les réseaux sociaux : Linkedin – Facebook – Twitter – Instagram

English